“Nos sites web sont uniques” – Paul van Deursen, Your Business Leads

Content Team il y a 1 an
“Nos sites web sont uniques” – Paul van Deursen, Your Business Leads

L’interview de Paul van Deursen, PDG de Your Business Leads, est le dernier entretien Affiliate Grand Slam

Paul van Deursen nous parle de ses sites web, qui ciblent principalement le marché néerlandais de l’affiliation – découvrez son parcours.

SiGMA : Comment vous êtes-vous lancé dans le secteur de l’affiliation, Paul van Deursen ? Avez-vous toujours été centré sur le jeu ?

Paul van Deursen : Il y a une dizaine d’années, un opérateur m’a demandé si je connaissais quelqu’un qui pourrait cibler le marché néerlandais pour lui. Je ne connaissais encore rien aux sites web, mais j’avais des amis qui dirigeaient une agence de création de sites web aux Pays-Bas. Nous avons décidé de lancer notre premier projet ensemble : www.top-casino.nl. C’était amusant de voir comment les gens se retrouvaient sur le site et j’ai commencé à en apprendre davantage sur le référencement SEO.

Je n’ai pas toujours été axé sur le jeu. J’ai travaillé dans différents secteurs pendant et après mes études ; c’était un moyen de créer notre propre entreprise et nous nous sommes lancés.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres affiliés ?

Je pense que je suis plus détendu que d’autres affiliés. Beaucoup de gens étaient, et sont encore, stressés par les réglementations néerlandaises à venir, par les marques qu’il faut ou ne faut pas promouvoir, par les changements qui vont impacter notre activité, etc. Mais le changement est aussi synonyme d’opportunités. Il y a des choses que l’on ne peut pas changer… il est donc inutile d’y consacrer de l’énergie et il vaut mieux s’adapter à la nouvelle situation.

Qu’est-ce qui rend vos sites uniques ?

Nos sites web sont uniques. Le design est toujours personnalisé, de même que les fonctionnalités et les outils. Nous proposons un système de gestion de contenu qui peut s’adapter en fonction des besoins, et qui offre une grande flexibilité. Nous voulons que les visiteurs se sentent en confiance, qu’ils souhaitent revenir. Il est plus facile d’obtenir des clics que de les conserver, mais c’est notre objectif.

Qu’est-ce qui contribue à la réussite de votre performance ? Quels sont les principaux défis que vous devez relever ?

Ce qui est important pour moi, c’est de travailler avec de bons gestionnaires d’affiliation et d’avoir un programme d’affiliation digne de confiance. Différents facteurs entrent en ligne de compte : la rapidité des réponses, la possibilité d’être aidé en cas de besoin, un accès à des statistiques complètes, une compréhension générale de l’activité… Si le courant ne passe pas entre un gestionnaire d’affiliation et moi-même, le partenariat a moins de chance de réussir. Il faut donc que la confiance soit mutuelle. Au début d’un partenariat, je ne cherche pas à négocier. Cela viendra plus tard, lorsque nous aurons appris à nous connaître un peu mieux.

Le plus grand défi actuel est la concurrence croissante dans le domaine du référencement. Les affiliés de paris sportifs ciblent les mêmes opérateurs (ce qui n’était pas le cas auparavant), et les nouveaux sites web veulent eux aussi une part du gâteau.

Quels sites web font partie de votre portefeuille ?

Nos principaux sites liés au jeu sont top-casino.nl et freespins.fun aux Pays-Bas. Et nous gérons quelques sites internationaux consacrés aux jeux, ainsi que des sites web générateurs de leads et, depuis peu, une boutique en ligne. Nous préférons de ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier.

Sur quels marchés vous concentrez-vous ? Voyez-vous un potentiel dans les marchés émergents ?

Nous nous concentrons principalement sur le marché néerlandais, mais nous avons quelques sites web au nom de domaine ROW et DE en second plan. Le GEO de ROW est difficile et peu rentable ; nous comptons le convertir et nous concentrer sur un autre plus tard. En ce qui concerne les marchés émergents, nous ne souhaitons pas pour l’instant nous lancer dans des pays dont nous ne connaissons pas la langue.

Comment le marché néerlandais a-t-il évolué suite à l’adoption par les Pays-Bas de la loi sur les jeux d’argent en ligne ?

En fait, tout a changé. Comme je l’ai déjà mentionné, la concurrence est beaucoup plus forte. La manière dont les gens effectuent des recherches a également changé. Cela crée à la fois des défis et des opportunités. C’est une bonne chose que les acteurs soient mieux protégés et que les opérateurs soient désormais sous la surveillance des autorités. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire avant que le marché n’arrive à maturité. De nouveaux opérateurs vont arriver et les réglementations vont changer. C’est un processus dans lequel nous nous trouvons encore à l’heure actuelle. Avant les réglementations, les choses étaient plus calmes. Aujourd’hui, il y a du nouveau presque chaque semaine.

Comment voyez-vous l’avenir du marketing d’affiliation, en particulier sur le marché néerlandais ?

Pour ce qui est du marché néerlandais, les affiliés deviendront plus importants pour les opérateurs en raison de l’évolution de la réglementation en matière de publicité. Il ne sera plus possible de cibler des personnes qui ne sont pas spécifiquement à la recherche de contenu sur les jeux d’argent. Finies les publicités télévisées, les annonces dans les journaux (en ligne) et le marketing par email non ciblé, par exemple. Cela signifie que les sites d’affiliation constitueront un canal de commercialisation important pour tous les opérateurs titulaires d’une licence aux Pays-Bas.

Dans le monde entier, un autre grand changement est en cours : le contenu créé grâce à l’IA. Générer du contenu dans toutes les langues sera plus facile pour tout le monde. Je continue de préférer le vrai contenu, écrit par de vraies personnes. Espérons que les visiteurs des sites web, et Google, puissent encore faire la différence.

Vous occupez-vous du marketing en interne, ou l’externalisez-vous ?

Nous avons des rédacteurs de contenu en interne et nous travaillons également avec des agences de création de contenu et des indépendants. Cela dépend de nos besoins. Il en va de même pour les images : nous pouvons faire beaucoup de choses seuls, mais il faut parfois faire appel à un professionnel spécialisé.

Quelles technologies émergentes (comme l’IA et le Big Data) auront un impact sur le secteur de l’affiliation en 2023 et au-delà ?

Je pense que l’IA va faire une grande différence pour les affiliés. Cependant, pour la plupart d’entre eux, l’utilisation du Big Data n’est pas très pertinente à mon avis. Il est important d’analyser ses propres données et d’en tirer des conclusions, mais c’est à un niveau microéconomique. Cependant, pour le secteur dans son ensemble, il est important de repérer les changements à un stade précoce et de s’adapter. Par conséquent, les grands opérateurs disposant d’un budget pour l’acquisition et l’analyse du Big Data ont un avantage sur les plus petits. Pour ma part, je resterai à l’affût des nouvelles et je garderai les yeux et les oreilles grands ouverts. Je sais que j’aurai un temps de retard, mais peut-être aussi un temps d’avance sur la plupart des concurrents.

ChatGPT et GPT-3 vont permettre l’automatisation d’un grand nombre de tâches fastidieuses et chronophages dans le domaine du marketing d’affiliation. Expliquez-nous comment. Quid de l’impact sur le référencement ? Quels sont les pires et les meilleurs scénarios ?

Commençons par le pire scénario : internet sera inondé de contenus non personnalisés, insignifiants et dénués de sens. Aujourd’hui déjà, on ne peut pas toujours faire la différence entre les vidéos réelles et celles qui ne le sont pas. Il devrait peut-être y avoir un label de qualité pour les contenus réels. J’espère que nous n’en arriverons pas là. Pour le référencement, j’espère sincèrement que Google (et d’autres) repérera et pénalisera le contenu généré via IA. On ne peut plus savoir ce qui est vrai ou non. Les fake news, par exemple, deviendront également plus visibles, car leurs auteurs sont plus enclins à créer plusieurs sites web pour étayer leurs idées.

L’IA elle-même deviendra également plus performante pour créer du contenu SEO. Je pense donc qu’il est utile d’intégrer l’IA dans notre travail. Le logiciel peut vous aider en partie. Cependant, vous devez toujours vérifier et affiner ce que vous allez mettre en ligne.

C’est un peu la même chose avec l’industrialisation. Les machines pouvaient faire le travail, mais vous avez besoin d’un spécialiste pour contrôler la machine. Les grands supermarchés vendent du pain, mais vous avez encore envie d’aller à la boulangerie de temps en temps pour discuter avec le boulanger ou pour acheter du pain de meilleure qualité. Le monde en ligne changera, mais il y aura toujours de la place pour les spécialistes et la qualité.

Comment choisissez-vous vos opérateurs et comment gérez-vous les relations avec plusieurs opérateurs ?

Pour l’instant, aux Pays-Bas, il n’y a que de nouveaux opérateurs. Je souhaite donner une chance et un peu de visibilité à tous ces opérateurs. En fonction de leurs performances, je donnerai à certains une plus grande visibilité. Je préfère en général communiquer via Skype ou par email. Et, lors des conférences, il est toujours agréable de travailler dans une atmosphère plus informelle.

En dehors des Pays-Bas, il est plus difficile de choisir le bon opérateur. Il y en a tellement. Un conseil pour les opérateurs et les gestionnaires d’affiliation : s’il vous plaît, ne spammez pas ma boîte de réception pour devenir un partenaire. Et si nous sommes déjà partenaires, demander sans cesse plus de visibilité ne fera que vous nuire. En tout cas c’est comme cela que je fonctionne…

Comment était votre expérience 300 Spartans ?

Ce fut une bonne conférence. Mon objectif était de rencontrer nos nouveaux partenaires. J’avais déjà contacté tous les opérateurs néerlandais par email ou par Skype, donc rencontrer ou chercher à faire des affaires avec de nouveaux opérateurs n’était pas mon objectif principal. J’ai assisté à quelques événements, comme le dîner de gala et le dîner de réseautage, lors desquels j’ai pu rencontrer d’autres Spartans. J’ai aimé échanger des idées. L’hôtel et la chambre étaient très bien, et tout était parfaitement organisé. Le centre de congrès était parfois un peu étroit, mais l’atmosphère était vibrante et animée. Les stands étant placés à proximité les uns des autres, ce qui a créé une belle énergie. L’espace extérieur était spacieux et idéal pour prendre l’air et nouer des contacts dans un cadre plus décontracté.

Êtes-vous un habitué des événements SiGMA ? SiGMA Afrique, Amériques, Asie, Balkans/CEI, Eurasie, Europe – à quel Sommet participerez-vous en 2023 ?

J’ai déjà participé à des événements SiGMA, mais uniquement en Europe. Je connais peu les autres…

Parlez-nous un peu de vous ! Après tout, les affaires se font avec des personnes, pas seulement avec des entreprises ! Parlez-nous de vos passe-temps, de votre livre préféré, de votre citation favorite, etc. Est-ce que vous jouez ?

En dehors du travail j’aime jouer au golf, faire du ski, regarder des matchs de football (je ne joue plus) et jardiner. Pour ce qui est des activités sociales, j’aime jouer à des jeux avec des amis en buvant une bière. Il s’agit parfois de jeux de hasard, mais les jeux de cartes et de société sont tout aussi amusants. Je ne joue plus aux jeux d’argent. J’avais l’habitude d’aller dans des casinos et de participer à des tournois de poker de temps en temps, mais je ne me considérais pas vraiment comme un joueur.

Share it :

Recommended for you
Content Team
il y a 11 mois
Andjelka Jovanovic
il y a 11 mois
Content Team
il y a 11 mois
Content Team
il y a 11 mois