La bataille juridique : Microsoft VS FTC

Content Team il y a 9 mois
La bataille juridique : Microsoft VS FTC

Microsoft se prépare à une bataille judiciaire de grande envergure avec le gouvernement américain. La Commission fédérale du commerce (FTC) cherche à stopper l’acquisition par Microsoft du géant du jeu Activision Blizzard, pour un montant de 75 milliards de dollars. Une audience qui se tiendra devant le tribunal fédéral de San Francisco. Cet affrontement ravive les souvenirs des années 1990, lorsque le ministère de la Justice a accusé Microsoft de maintenir un monopole sur les ordinateurs personnels par des moyens illégaux. Bien qu’une ordonnance de démantèlement ait été émise dans un premier temps, elle a été annulée par la suite et la situation réglée à l’amiable.

Call of Duty en exclusivité sur la plateforme Microsoft

La décision de la FTC intervient alors que l’autorité de régulation a récemment demandé une injonction pour bloquer l’opération jusqu’à la résolution d’un autre litige antitrust. L’agence affirme que si l’acquisition a lieu, Microsoft aura une incitation financière à transformer les jeux populaires d’Activision, notamment la franchise Call of Duty, en propriétés exclusives disponibles uniquement sur ses propres plates-formes. Selon la FTC, cela nuirait à la concurrence sur les marchés des jeux pour consoles, des bibliothèques de jeux accessibles par abonnement et des jeux en nuage.

FTC

Les objections soulevées par la FTC vont au-delà de celles de l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés, qui s’est concentrée sur les dommages potentiels causés au marché émergent des jeux en nuage. En revanche, la Commission européenne a approuvé la transaction. Microsoft et Activision ont répondu en déclarant que le prix convenu pour l’acquisition était basé sur l’élargissement de la disponibilité des jeux, et non sur sa restriction.

Ils affirment également que même le fait de retenir les jeux n’aurait qu’un impact minime sur Sony, qui conserve une avance considérable dans le domaine des jeux pour consoles. Microsoft a même proposé à Sony une licence de 10 ans pour les jeux d’Activision, qui a été rejetée par la société japonaise dans ce que Microsoft perçoit comme une tentative de contrecarrer l’acquisition.

La procédure administrative de la FTC

La pression monte pour que Microsoft finalise l’achat avant le début de la procédure administrative de la FTC, car le délai de 18 mois expire le 18 juillet. Si l’opération n’est pas conclue, Microsoft devra payer une indemnité de rupture de 3 milliards de dollars. Tant Microsoft qu’Activision ont vigoureusement plaidé pour que l’acquisition se déroule comme prévu. Si la FTC parvient à bloquer la clôture immédiate de l’opération, les entreprises pourraient envisager de la prolonger.

Les PDG de Microsoft et d’Activision, Satya Nadella et Bobby Kotick, devraient témoigner en personne au cours des cinq jours d’audience.

Intégration verticale

Les jeux en nuage, les licences de jeux et les franchises de jeux devraient stimuler la croissance de la division des jeux de Microsoft.

Les analystes considèrent que la tentative d’intégration verticale de Microsoft reflète la nécessité de s’adapter au paysage du “Metaverse” et de réaliser sa vision d’un service en ligne unique basé sur l’abonnement. Microsoft a des pistes avec sa Xbox, derrière la PlayStation 5 et la Nintendo Switch, et voit son avenir dans le cloud gaming.

Le cloud gaming permet de jouer en streaming à partir de serveurs, sans avoir besoin de consoles coûteuses. Les jeux peuvent être joués sur des appareils tels que les téléviseurs, les smartphones et les ordinateurs portables. Mais pour que le cloud gaming réussisse, il faut un vaste catalogue de jeux auxquels les utilisateurs peuvent accéder via un service d’abonnement, ce qui explique l’intérêt de Microsoft pour la bibliothèque d’Activision.

“Nous étions préoccupés par le “cloud gaming”, qui n’en est qu’à ses débuts, mais qui est appelé à se développer”, a déclaré lundi à la presse Margrethe Vestager, la plus haute responsable de la concurrence au sein de l’Union européenne.

Qu’est-ce qui a poussé Activision Blizzard à vendre ?

Le PDG d’Activision, Robert Kotick, aurait déclaré que lui et le PDG de Microsoft, Satya Nadella, s’inquiétaient de la montée en puissance de Tencent, NetEase, Apple et Google sur le marché. Ils estiment qu’Activision Blizzard ne dispose pas de l’expertise nécessaire en matière d’apprentissage automatique et d’analyse de données pour faire face à la concurrence. Activision Blizzard aurait également discuté avec d’autres prétendants, dont Meta Platforms, la société mère de Facebook.

Articles

Betsson annonce une nouvelle acquisition belge

L’Arabie saoudite investit 8 milliards de dollars dans le secteur des jeux et des sports électroniques

SiGMA s’installe au Brésil

PRESSE : SiGMA Asie aura lieu à Manille du 19 au 22 juillet.

Share it :

Recommended for you
Content Team
il y a 9 mois
Andjelka Jovanovic
il y a 9 mois
Content Team
il y a 9 mois
Content Team
il y a 9 mois