La Nouvelle-Galles du Sud dévoile son projet : des machines de vidéo poker sans argent liquide

Content Team il y a 1 an
La Nouvelle-Galles du Sud dévoile son projet : des machines de vidéo poker sans argent liquide

Dominic Perrottet, Premier ministre de l’État de Nouvelle-Galles du Sud (New South Wales), a annoncé lundi que, dans cinq ans, tous les clients des casinos joueraient sur des machines de vidéo poker sans argent liquide. L’objectif est de lutter contre le blanchiment d’argent et le jeu compulsif.

Il a dévoilé le plan d’action à la suite d’une réunion du Conseil des ministres, après des mois de discussions publiques face à un groupe d’opposition important. Cela permettra de sauver des vies, de protéger les emplois. Grâce à ce plan, nos communautés de Nouvelle-Galles du Sud seront plus fortes a-t-il déclaré.

L’Australie a une population de 25 millions d’habitants. On trouve dans ce pays environ 20% du million de machines de vidéo poker légalisées dans le monde. La moitié d’entre elles se trouvent en Nouvelle-Galles du Sud.

Le gouvernement de cet État se dit prêt à investir 344 millions de dollars dans ce plan. Celui-ci donne cinq ans aux pubs et aux clubs de Nouvelle-Galles du Sud pour mettre en place des systèmes de jeu sans argent liquide sur toutes les machines de vidéo poker.

Un registre d’auto-exclusion sera créé à l’échelle de l’État. Il y aura des limites temporaires de 500 $ pour les paiements en espèces, et les cartes bancaires des joueurs seront liées à un compte unique. Chaque joueur pourra fixer son propre plafond de dépenses, qui ne pourra être modifié qu’une fois par semaine.

Le gouvernement considère que, grâce à ces mesures, il sera difficile pour les criminels d’utiliser les machines de vidéo poker pour blanchir de l’argent. M. Perrottet a ajouté que ni le gouvernement, ni les bars et les clubs, ne recueilleront ni ne stockeront les informations personnelles des joueurs.

Depuis 2020, une série d’enquêtes a révélé que de nombreux opérateurs de casino ne parviennent pas à contribuer suffisamment à la lutte contre le blanchiment d’argent et le jeu compulsif au sein de leurs établissements.

En octobre dernier, SiGMA avait évoqué les propositions de réforme faisant suite à une enquête approfondie sur les machines à sous électroniques présentes dans les pubs et les clubs, qui étaient utilisées pour blanchir de l’argent.

Share it :

Recommended for you
Content Team
il y a 1 an
Andjelka Jovanovic
il y a 1 an
Content Team
il y a 1 an
Content Team
il y a 1 an