SiGMA

iGaming en Tanzanie : un taux d’imposition de 25 % sur les recettes brutes des jeux

Posté Fév 20, 2023 15:44 Category: Afrique , Paris Sportifs , eSports , Posté par Lea Hogg Traduit par Amandine I

Dans le cadre de notre série d’articles sur l’Afrique, SiGMA évalue la situation de l’iGaming en Tanzanie.

En Tanzanie, les casinos en ligne sont autorisés depuis 2013. La première licence de casino avait été attribuée à iplay8casino.com6. Le site n’existe plus aujourd’hui, peut-être en raison du faible taux d’adoption d’internet à l’époque (15 %).

Depuis lors, l’infrastructure internet de la Tanzanie a bénéficié d’une expansion rapide… à tel point que le gouvernement a été incité à réglementer les jeux d’argent sur internet. À la fin de l’année 2022, le taux de pénétration de l’internet en Tanzanie était de 50 % ; c’est assez pour que plusieurs sociétés de paris en ligne puissent se partager le marché. Et il y a assez d’utilisateurs pour assurer la présence de quelques casinos numériques en Tanzanie à long terme.

Seules les plateformes de casinos en ligne disposant d’une licence délivrée par la Commission des jeux de hasard de Tanzanie (Gaming Board of Tanzania) peuvent accepter des joueurs locaux. Les opérateurs offshore peuvent eux aussi obtenir une licence, à condition de créer des filiales tanzaniennes. Il est illégal pour les habitants de jouer en ligne dans des casinos virtuels sans licence, bien que la loi ne soit pas réellement appliquée.

Une licence coûte 40 000 dollars américains par an aux casinos virtuels. Outre les frais fixes, les taux d’imposition sur les jeux s’appliquent sur les recettes brutes (GGR) à hauteur de 25% pour les casinos en ligne. Les sociétés de jeux en ligne doivent, comme l’exige la loi, facturer de 10% les gains nets des Tanzaniens.

Les crypto-monnaies ne sont pas réglementées en Tanzanie. Par conséquent, les casinos en Bitcoins ne le sont pas non plus. En raison de l’absence de réglementation spécifique et de légalisation officielle, aucun des casinos terrestres du pays n’accepte les monnaies virtuelles, et aucun des sites de jeux en ligne autorisés n’accepte les crypto-monnaies.

Mais parier avec des Bitcoins, Litecoins, Ethereum et autres crypto-monnaies n’est pas illégal, et les joueurs qui jouent dans des casinos en ligne offshore en Bitcoins ne sont ni sanctionnés ni poursuivis. Dans ce pays, les fournisseurs d’accès à Internet ne bloquent pas ces sites. SlotV (un site de casino en direct et de paris sportif) fait partie de ces casinos en Bitcoins qui acceptent les joueurs de Tanzanie.

Articles

iGaming au Kenya (première partie) : Le Kenya, leader de l’adoption de l’iGaming

iGaming au Kenya (deuxième partie) : iGaming au Kenya : les machines à sous représentent un tiers des bénéfices des casinos en ligne

iGaming au Ghana (première partie) : iGaming au Ghana : un nouveau territoire

iGaming au Ghana (deuxième partie) : L’iGaming au Ghana

Related Posts

Loot boxes : les pratiques…

Les loot boxes de l'entreprise Electronic Arts (EA Games) ont de nouveau fait parler d'elles. Un juge canadien a rejeté…

Tengco envisage de privatiser les…

La vision ambitieuse du président Alejandro Tengco : transformer l'organisme de régulation philippin Alejandro Tengco, président de la Société philippine…